MICRO-MANAGEMENT VS MACRO-MANAGEMENT,

QUELLE EST LA GESTION IDEALE ?

 

 

micro-management macro-management équipes bureau

 

Introduction 

 

Comme vu dans un précédent article, sur les 10 qualités d’un bon manager, la gestion d’une équipe ne s’invente pas. Afin de diriger une équipe et pour que l’ambiance soit conviviale tout en sachant respecter les objectifs fixés, le manager doit disposer de nombreuses compétences et qualités.

Dans cet article nous verrons deux types de management complètement opposés : le micro-management et le macro-management. La mise en lumière de leurs avantages et inconvénients permettra de se rendre compte de la méthode la plus idéale.

 

 

 

Définitions du micro-management et du macro-management

 

Le micro-management

 

Le micro-management peut être défini comme une méthode de management portée sur le contrôle et le souci du détail. En utilisant ce style de management, le manager reste toujours à proximité de ses collaborateurs. Il souhaite garder une vision précise des tâches effectuées ou prévues. Pour cela, il fixe des points de suivis réguliers avec son équipe. Il a aussi connaissance de toutes les missions effectuées ainsi que leur avancement.

 

Faisant l’objet d’un livre de Harry Chambers, intitulé My Way or the Highway : The micromanagement guide”, le micro-management serait une expérience déjà vécue par 8 cadres sur 10 aux Etats-Unis.

 

 

Le macro-management

 

A l’inverse du micro-management, le macro-management est un style de management où le manager dispose d’une vision d’ensemble. Il ne se focalise pas sur les détails et les procédures. Pouvant être décrit comme un “fantôme” du fait de ses passages en coups de vent au bureau, le macro-manager est souvent pressé. Il n'échange que peu souvent avec ses équipes.

 

Avant d’entamer cette prochaine partie sur les avantages et inconvénients de chaque méthode de management, il faut tout de même rappeler un élément : un manager, peu importe son management, doit d’adapter à ses collaborateurs. C'est-à-dire que le micro-management est une méthode utilisée avec des collaborateurs qui manquent parfois d’autonomie. Aussi, elle peut être utilisée avec des salariés qui débutent dans leur carrière professionnelle. A l’inverse, le macro-management peut être utilisé avec des équipes disposant d’une plus grande expérience professionnelle. Les collaborateurs sont donc plus à l’aise et autonomes dans leurs missions.

 

 

Avantages et inconvénients du micro-management

 

Les avantages du micro-management

 

Si vous recherchez des informations sur le micro-management sur le web, vous trouverez plus d’aspects négatifs que positifs. Pourtant ce style de management, bien particulier, dispose tout de même de quelques avantages.

 

Le micro-management ou micro-gestion comme expliqué précédemment, est un style de management où le manager laisse très peu de marge de manœuvre à son équipe. Il souhaite pouvoir contrôler l’avancement des missions à tout moment. A première vue et si en lisant ces quelques lignes, cela ne fait pas vraiment envie. Mais attendez de lire les avantages que cette méthode peut avoir.

 

A court terme, le micro-management peut s’avérer être très efficace. En effet, par le fait de diriger les actions, et déléguer les missions qui en découlent à son équipe, le micro-manager garde la supervision du projet et en suit toutes les étapes. En fixant des points réguliers avec ses collaborateurs, il va alors maîtriser tous les détails de ce projet et pouvoir prendre les décisions nécessaires à n’importe quel moment. Ainsi, chaque collaborateur sait où il va, ce qu’on attend de lui et dispose d’une vision précise du travail à effectuer.

 

Ces différents avantages permettent au micro-manager de disposer d’une organisation bien rodée et d’une bonne connaissance des projets et actions en cours. Ainsi la gestion d’un projet avec ce style de management est correctement mise en place et les objectifs facilement atteints. 

 

Si le micro-management dispose d’avantages, il révèle aussi quelques inconvénients.

 

 

Les inconvénients et risques du micro-management

 

Dans la définition donnée au début de cet article, nous avons pu voir que le micro-manager est une personne qui travaille en souhaitant contrôler et surveiller constamment son équipe. Ce contrôle et cette surveillance se traduisent dans les faits à demander de passer régulièrement en revue les missions effectuées et l’avancement de celles-ci.

 

En s'immisçant dans les détails, il va sans forcément s’en rendre compte, exercer une certaine pression sur son équipe ou sur les collaborateurs travaillant avec lui. En effet, comme vu juste avant, cette gestion fonctionne très bien dans une gestion de projet à court terme. Mais sur le plus long terme, ce comportement peut rendre les équipes moins productives et les freiner leur sens de l’initiative et les dénuer de toute responsabilité.

 

Avec le temps et si cette attitude est constante, les équipes seront moins performantes car trop surveillées. Cela aura un impact inévitable sur la qualité du travail effectué et donc des résultats

 

En ne disposant pas de l’autonomie dont ils ont besoin, les collaborateurs évoluant sous ce style de management seront rapidement désengagés. Ils réaliseront leurs missions par automatisme, sans faire appel à leur créativité et à leur réflexion.

 

En d’autres mots, ce style de management n’aura aucun autre effet que de tirer les équipes vers le bas. En imaginant une forme sévère de micro-management, cette méthode peut entraîner un haut niveau de stress. D'autres conséquences peuvent aussi apparaître comme des échanges plus tendus dans l'équipe et donc fragiliser la bonne cohésion.

 

 

femme avec des jumelles

 

 

Avantages et inconvénients du macro-management

 

Contrairement au micro-management, le macro-manager dispose d’une vision globale des tâches effectuées par son équipe. En d’autres mots, le micro-manager se focalise plutôt sur une vision d’ensemble que sur des détails.

 

Les avantages du macro-management

 

Attardons-nous dans un premier temps aux avantages dont peut disposer le macro-management.

 

En utilisant cette méthode portée sur une vision d’ensemble et une forte délégation des tâches, le macro-manager permet à ses collaborateurs de stimuler leur créativité et leur autonomie. En effet, en imaginant que le manager ne peut être constamment disponible pour son équipe, celui-ci souhaitera que ses membres se rassemblent et réfléchissent ensemble aux actions menant à la réalisation des objectifs fixés. De ce fait, leur créativité est décuplée.

 

Avec le macro-management, et grâce à la confiance portée par le manager pour ses collaborateurs, leur implication à réaliser leurs missions sera améliorée. En effet, en espaçant les points d’équipes (tout en gardant une fréquence acceptable), les collaborateurs seront plus motivés à travailler et à proposer un retour sur les missions effectuées plus conséquent. 

 

Ce climat de confiance instauré par le macro-manager permet aussi de responsabiliser les collaborateurs et développer rapidement leur autonomie. En effet, ils pourront rechercher les réponses eux-mêmes et se concerter. De ce fait, leur implication et leur prise d’initiative seront elles aussi décuplées.

 

 

Les inconvénients et les risques du macro-management

 

Dans cette seconde partie consacrée au macro-management, nous allons évoquer les différents inconvénients de cette méthode de management.

En gardant une certaine distance avec ses équipes ou ne faisant que très peu de retours sur les missions en cours, l’absence du macro-manager pourrait faire que l’avancement des projets et missions ne soit pas optimal. En plus de cette indisponibilité, le macro-manager a pour habitude de ne répondre que très rarement. Cela peut aussi se traduire par le fait de laisser un délai de réponse assez long aux différents mails ou appels que peut lui adresser son équipe.

 

Face à ce style de management les équipes peuvent se sentir délaissées. Ainsi, la cohésion d’équipe entre le manager et ses collaborateurs peut s’en trouver fragilisée. Qui plus est, malgré la confiance qu’il apporte à ces derniers, le comportement du manager pourrait laisser sous-entendre que la relation avec son équipe passe en dernier plan. 

Ces différents comportements ne permettent donc pas la construction de bonnes relations professionnelles. A terme, cela peut impacter la productivité des collaborateurs.

 

 

management

 

 

Conclusion 

 

Le style de management idéal n’existe pas. Chaque manager dispose de son propre style, évoluant avec les années d’expérience. Aussi, comme expliqué un peu plus haut dans cet article, un bon manager doit s’avoir faire évoluer son style de management en fonction de la maturité professionnelle de ses collaborateurs.

 

Plutôt avec contrôle ou avec une prise de distance, nous avons pu voir que le micro-management et le macro-management sont deux méthodes diamétralement opposées.

 

Si la supervision n’est pas suffisante, les collaborateurs pourraient perdre en productivité. A l’inverse, si celle-ci est trop importante, cela pourrait entraîner une pression difficilement soutenable pour les équipes. Cette dernière fait référence au micro-management et une des méthodes les plus répandues dans le monde.

 

Rendez-vous dans un prochain article pour connaître les solutions de gestion face à ces 2 méthodes de management.